De l’autisme à la dépression

Tu sais ce moment où personne ne semble te comprendre? Tu te sent seule, bien seule. Tu n’as plus rien à dire et tu en as plus envie non plus. Les gens te demanderont ce que tu as car oui, ça paraîtra dans ton visage. Tu répondra que ce n’est que de la fatigue ou que tu as mal dormi mais tu sais que tu as bien dormi car ces temps ci c’est tout ce que tu ferais dormir. Dormir pour ne plus avoir à y penser, dormir car pour une fois ce serais toi, juste toi. Dormir pour ne plus souffrir.

Quand ce moment où tu fixes un point et qu’à un moment donné tu te rends compte que tu le fixe depuis trop longtemps. Qu’il n’y a plus rien, plus de sentiments, plus d’envie, plus rien. Il ne reste qu’un gros vide dans ton estomac qui se dirige droit vers ton cœur qui lui se noie dans sa tristesse.

Elle es là, tout près.
Tu a tenu encore une fois les reines trop longtemps.

Elle es revenu….
Ta bonne vieille ennemie : Dépression

Lorsque j’ai su que j’étais enceinte jamais j’aurais pensé que ce que j’avais de plus précieux, allait à plusieurs reprises me mener vers la dépression. Quand on décide de devenir parents c’est pour le meilleur. On crois, plutôt on espère, que la vie sera meilleure avec cet amour pur. Cependant pour ma part même si elle me plonge vers le bonheur j’ai toujours ce goût de désappointement. Quand j’aurai fait plus de rendez-vous dans une seule semaine qu’il y a de journées, quand après des heures de crises à me faire frapper je vois mon enfant se briser en mille morceaux, quand j’ai été si forte que ma tête ne veux tout simplement plus.

Il y a ce moment où je marcherai machinalement pour mon enfant mais que je finirai par ne plus pouvoir. Alors à mon tour je me reprendrai en main mais seulement pour pouvoir ensuite redonner à mon fils.Quand les services n’arrivent plus, quand l’espoir n’y est plus comme plusieurs parents d’enfants différents je sombre, je tombe.

Ne vous inquiétez pas j’ai une mission de vie: faire comprendre aux gens que nous, parents d’enfants à défi, n’en pouvons tout simplement plus.Quand le gouvernement décidera de mettre l’argent dans l’aide à ces familles pour prévenir de payer de l’assurance maladie pour des dépressions et bien j’aurais réussis mon mandat.D’ici là, j’y vais à mon rythme car s’il y a bien quelque chose que la dépression m’as apprise, c’est que je ne peux sauver personne si moi je ne suis pas solide avant. Donc, je prendrai soin de moi pour pouvoir un jour livrer bataille pour celles qui viendront de tomber.

D’ici là, je ne suis pas loin, vous pouvez me suivre sur ma page Facebook: Par amour pour l’autisme, car oui j’y suis presque….

L’avenir j’y crois.

Sabrina Gignat,

Blogueuse Invitée Enfants différents,besoins différents.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *