Mon soleil gris : Quand des images mentales horribles font intrusion dans mon esprit. – Témoignage

La nuit c’est mon ennemi. Ma toute première crise de panique nocturne, j’avais 7 ans lorsque je l’ai eu. Je m’en rappelle comme si c’était hier. Je l’ai vécu seule, parce qu’à cet âge, on ne parle pas trop de ces choses-là mais surtout parce que je vivais dans une famille dysfonctionnelle. Une famille où ce n’était pas bien vu de se plaindre ou de pleurer, ni même d’avoir peur. J’ai continué comme ça toute ma vie. Phobie après phobie. Avoir l’impression qu’on m’observait et j’avais la peur au ventre presque chaque soir pendant des années!

Je suis devenue maman très jeune. À 17 ans plus précisément et j’ai eu un “ti-break” jusqu’à 21 ans. Un break d’obsession ou de crise mais j’avais une vie assez remplie avec 2 enfants à 19 ans! Puis, c’est revenu! Crise de panique dans la nuit, je n’ai jamais compris pourquoi et je suis retombé de haut…très très bas! Toc, anxiété, peur d’avoir peur mais le pire c’est les phobies d’impulsions. La peur ou le flash mental de faire du mal aux gens que j’aime. La peur de faire quelque chose sans réfléchir et contraire à mes désirs. Peur de ne plus aimer mes enfants ou mon chum. Sans arrêt, jour après jour, j’ai la peur au ventre.

Témoignage d'une personne vivant avec des phobies d'impulsions. Visages de la santé mentale.

La sensation que je vais perdre la raison. Que je deviendrai folle raide et de ne me souvenir de rien. Pourtant, vous voulez savoir le plus souffrant? Je sais très bien que je ne voudrais jamais porter ces gestes ou couper ces émotions mais je n’y peux rien. Les pensées arrive quand même, comme ça, sans avertir. Sans arrêt, jour après jour, j’ai la peur au ventre. Non ce n’est pas vrai…j’ai eu quelques fois des années de bien-être mais avec de la médication. Médication que je n’accepte pas très bien, et les effets secondaires non plus d’ailleurs!

Comme je l’ai déjà expliqué à mon entourage, le titre “mon soleil gris” veut simplement tout dire. Je suis une femme qui adore la vie, rire, en profiter mais j’ai un nuage gris devant mon soleil : Mon trouble anxieux. Je n’ai pas encore trouvé comment l’accepter et comment bien vivre avec mais j’ai espoir qu’un jour j’y arriverai. J’ai bientôt 39 ans, il serait temps!

Nancy

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *