Oh non! J’ai peur de vomir!

La première fois où j’ai vu quelqu’un vomir j’étais à la maternelle. Une camarade de classe a été malade et je me rappellerai toujours l’énorme vague de peur dans mon ventre. Mon instinct profond me criait à tu-tête de me protéger au plus vite. Sans même m’en rendre compte, j’étais déjà au fond de la classe accroupie. J’avais les yeux fermés très fort et les doigts dans les oreilles. Je ne voulais pas entendre ce son d’horreur et je pleurais à gros sanglots.

Je ne me rappelle plus de la suite des choses et je ne me rappelle plus comment les adultes dans mon entourage ont réagi. Par contre, je me rappellerai toujours de cette première rencontre avec “le vomi”. Quel traumatisme! Je n’ai pas été souvent malade dans ma vie mais à chaque fois j’étais totalement terrorisée.

Cette peur est assez difficile à décrire aux autres mais si toi aussi tu as cette phobie, tu me comprends j’en suis certaine. J’ai découvert que ma peur extrême existait réellement vers l’âge de 13 ans. Après quelques recherches sur les “zinternets” j’ai su que cette phobie portait un nom  : émétophobie.

Bien que de connaître son existence et de savoir que je n’étais pas la seule au monde avec cette peur, je continuais à être LA seule dans mon monde à vivre avec elle. Du moins, jusqu’à tout récemment. Malgré tout, je ne l’ai jamais cachée. J’ai toujours averti les gens qui entraient dans ma vie de se tenir bien loin de moi s’ils croyaient vomir.

Faire comprendre sa peur :

Ça n’a jamais été facile de faire comprendre aux autres ma peur et ce même aux professionnels de la santé mentale. ”Ce n’est pas grave vomir voyons? Personne n’aime ça être malade. Tu n’en mourras pas!”

Ce que la majorité des gens ne comprennent pas c’est que je le sais que ce n’est pas grave. Je sais aussi que personne n’aime ça mais pour moi, c’est plus que juste “j’aime pas ça”. Honnêtement, je n’ai pas peur d’en mourir. Au contraire, si j’avais le choix entre vomir ou mourir, je choisirais la mort et ce n’est pas une blague.

Quand j’ai mal au coeur, je ne dors pas au cas où je n’arriverais pas à me retenir. Je ne mange pas, je ne bois pas. En fait la seule chose que je consomme quand j’ai peur d’être malade c’est une quantité industrielle de gravols. J’évite de sortir l’hiver car la gastro court. J’évite les transports en commun, les parcs d’attractions et les hôpitaux. Je me tiens loin des pharmacies et des endroits où il y a beaucoup d’enfants. Bref, j’évite tout lieux qui peuvent me “mettre en danger”.

Si quelqu’un semble blême, faible ou même si quelqu’un tousse trop, mes proches doivent rapidement jouer à “où est Émélie?!”. Si tu veux que j’arrête de te parler pendant longtemps, soit malade près de moi. Je te jure que tu ne me verras pas pour un bon bout de temps! Si tu veux que je visite de moins en moins ton profil Facebook, écrit dans tes statuts toutes les fois où tes enfants et toi êtes malades.

L’incompréhension de la phobie de vomir :

D’ailleurs, sais-tu que si tu as un émétophobe dans tes contacts Facebook et que tu écris que tu es malade elle sera extrêmement anxieuse pour plusieurs heures? Même si tu es à 1 million de kilomètres, l’émétophobe tombera automatiquement en mode “fight or flight”.

Tout ça pour dire que pour quelqu’un qui a la phobie de vomir, c’est plus que juste “je n’aime pas vomir”.

Ce qui est vraiment le plus plate et difficile là-dedans, c’est que contrairement à d’autres phobies, c’est presque impossible de trouver de l’aide pour s’en sortir. La majorité des thérapies offertes ne sont pas adaptées à l’émétophobie et même si c’est une des phobies les plus répandues dans le monde entier, elle est encore très incomprise.

Malgré tout, je crois profondément que c’est possible avec beaucoup de patience, de travail sur soi et de recherches, d’être un jour, libre de monstre. Si tu te reconnais dans ma description ou si tu reconnais un proche partage! ?

Sur ce, courage amis émétos, il y a de l’espoir!

Émélie

Équipe VDSM, (visages de la santé mentale) et Salon VDSM pour la santé mentale. Émélie Hébert Poulin

content

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *